Bazingcast #32 « Des relations entre enfants et barbus à la Comic Con »

Captain Web en a deux, Babozor (comme Titof) n’en a qu’une… Mais Olivier de Proxi-jeux en a trois ! Nous parlons des enfants bien sûr ! Et c’est avec ces trois invités prestigieux que nous débattons de la parentalité et du geekisme.
A noter également notre retour sur la Comic Con, une culture express, et une flopée de bonus !

  • Comic con : retour de l’équipe et interview troll
  • Débat/invités : être parent quand on est geek
  • Culture : Tour de table des coups de cœur du moment

Cet épisode est disponible sur iTunes, sur Miro, en téléchargement au format mp3 là (clic droit « Enregistrer sous »), ou en écoute en streaming grâce au lecteur ci dessous. N’oubliez pas aussi les différents flux RSS pour chacun des formats.

Vous pouvez retrouver Bazingcast sur Twitter (@Bazingcast, @Mr_Piouf), Facebook et le forum de Freepod.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Un grand merci à toute l’équipe de L’apéro du Captain de nous accueillir dans leur cave et au juvénile Swann pour la gestion du live.

Musique de fin : Les petits enfants – Giedré
Extraits de débat : Les reportages Suck My Geek (Canal +) et La revanche des Geeks (arte)
Extraits Comic Con : Benoît et Anaïs ; Isham des éditions du Matagot ; des cosplayeuses sympa ; des airsofteurs… jeunes…
Extrait de fin : Extrait du podcast « Mon petit doigt m’a dit »
Merci à Ben (@Freedomforxenu) et Olivier (@Proxijeux) de nous avoir prêté leurs enfants (pour faire des jingles)

Liens et références

Retrouvez nos invités sur leurs podcasts : Babozor dans sa grotte, le Captain dans sa cave, et Olivier dans son antre.

◊ Débat parentalité et geekisme

◊ Culture : coups de cœur

VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 4.8/5 (17 votes cast)
Bazingcast #32 « Des relations entre enfants et barbus à la Comic Con », 4.8 out of 5 based on 17 ratings
Ce contenu a été publié dans Les épisodes, Pour aller plus loin, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

80 réponses à Bazingcast #32 « Des relations entre enfants et barbus à la Comic Con »

  1. Johnmingzed dit :

    En temps normal cela tend à me casser les couilles de me retrouver, en tant que célibataire, pris au milieu d’une discussion entre plusieurs parents parlant de leurs mômes… Mais j’avoue que là, j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter les différents témoignages, particulièrement celui de Babozor ! Big up !

    Bref, encore un super épisode à la thématique des plus intéressantes ! Ca change de tout ces putains de podcasts hi-tech (qui s’avèrent au final être des versions 2.0 du Télé-Achat plus que des émissions culturelles) et ça fait du bien !

    Keep up the good work !

    • Krilin dit :

      >En temps normal cela tend à me casser les couilles de me retrouver, en tant que célibataire, pris au milieu d’une discussion entre plusieurs parents parlant de leurs mômes…
      Oui mais quels parents ! Que du beau monde ! Ça me change de mes deux belles-sœurs qui parlaient de leur bouchon muqueux 😀

    • Piouf dit :

      Merci pour les compliments 🙂

      En effet moi aussi je me lasse de plus en plus des redites sur telle ou telle news High Tech, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’en ferais plus moi même à la rentrée sauf si cela provoque vraiment un débat intéressant qui s’éloigne de la simple actualité.

  2. Oni dit :

    Juste pour revenir sur Breaking Bad, la série est diffusée sur Arte en France (et en Allemagne du coup)

    • Piouf dit :

      Arte fait vraiment une bonne sélection depuis quelques années contrairement à Canal qui s’embourbe dans les trucs merdiques déjà annulé aux US…

    • Poio dit :

      Je confirme, j’ai été surpris de tomber dessus une fois, ET ! Et en plus ils diffusent en VO aussi.

      • ShoTo dit :

        Diffuser en VO c’est la norme sur Arte.

        • Krilin dit :

          Ce serait plutôt de diffuser en allemand non ?

          Sinon, un avantage de la TNT c’est que (avec une télé moderne) on peut choisir la langue de diffusion des programmes (et la présence de sous-titres, mais que en français pour mes expériences). Je en sais pas si ça marche pour les films, mais ça marche pour HIMYM et Big Bang Theory quand ils passent le midi en WE sur la 11 et 12 (de mémoire).
          Parce que les doublages français sont à chier, et les blagues mal traduites.

  3. Genma dit :

    A chaque fois qu’il y a un bon épisode et que je pense que vous ferez difficilement mieux, vous arrivez à en faire un autre tout aussi excellent. J’adore vos débats, toujours très instructifs et sérieux. Parler de parentalité geek de la même façon que vous aborbez la survie en cas d’attaque Zombie, il n’y a que Bazingcast qui est capable de le faire. Krilin, Trolin, Piouf, vous êtes géniaux les mecs. Rester vous-mêmes, continuer comme ça. J’aime tout autant Babozor et le Captain, je veux le retour de Olivier de Proxijeux dans Bazingcast…

    Je plussoie fortement un épisode « un geek à la campagne » avec un retour de Babozor pour témoigner. La fibre, la 3G, les boutiques et bar geek au coin de la rue versus le hacking de son tracteur, de son potager et la pause d’antenne wifi en boite de chicorée pour avoir un signal correct. Ce sera un débat intéressant.

    • Armos dit :

      D’ailleurs en parlant de tuning de tracteurs, tu peux rechercher « tracteur pulling » sur ton site de vidéos préféré pour pouvoir constater qu’à la campagne aussi, il y a des grands malades !
      😀

    • Piouf dit :

      Merci Genma, on pensait que tu nous avais abandonné 😉

      Au début je ne prenais pas au sérieux cette idée de Geek à la campagne mais en fait je pense qu’il y aurait pas mal de chose à dire car beaucoup d’entre nous envisage cette solution.
      On va en discuter entre nous pour savoir quand on fait ca.

  4. AdMkrn dit :

    Bon, ben super episode. Comme d’hab !

    En fait c’est surtout pour remercier le Krilin que je viens ici 🙂

    Merci pour l’abo @si et pour les interviews trollesques, j’etais simplement plié en
    Ecoutant ça 🙂

    Bravo les gars!
    Continuez!

  5. Quiks dit :

    Super épisode, tres interessant.

    Pour l’épisode sur les geeks à la campagne, étant pile dans le sujet, j’ai plein de choses à dire.

    • Piouf dit :

      Je note ! Dans tout les cas n’hésitez pas à participer à la préparation des épisodes via le sujet créé pour chacun sur le forum de Freepod.

  6. blop dit :

    aha c’est marrant, plus on avance dans les épisodes, plus on a l’impression que c’est Piouf qui se sert du podcast pour préparer ses plans d’avenir… Mais ça n’empêche, j’ai beaucoup aimé cet épisode, très intéressant!

    • Armos dit :

      Si c’est Piouf qui prépare ses plans d’avenir dans ses podcasts, l’épisode « Un geek à la campagne » ne risque pas d’être diffusé de sitôt, non ? 😀 #jdcjdr

      A moins qu’on parle bien sûr, d’un « Geek en vacances à la campagne », mais le sujet est du coup complètement différent…

    • Piouf dit :

      Je parle de trucs qui m’intéressent donc forcément c’est souvent en lien avec mes éventuels plans d’avenir, et je crois que ça n’est aussi le cas pour les autres animateurs 😉

      Après je pense que ces interrogations sont assez universelles donc j’espère qu’elles intéresseront même les petites jeunes !

  7. Johnmingzed dit :

    Merde j’ai oublier de participer au concours pour gagner mes autocollants Slug Fiction !

  8. Marc dit :

    Super épisode 🙂

    Voir comment babozor se débourille à la campagne ça serait cool en effet.

    //Mode crevard
    J’avais gagné des autocollants lors d’un concours de l’épisode chais plus combien mais j’ai jamais rien reçu, normal ?

  9. Mentine dit :

    Bon épisode principalement grâce aux réponses rassurantes des invités aux questions angoissées de Piouf. Tout à fait s’accord avec Babozor à propos des activités et des jouets genrés, il faut se laisser guider par son enfant ne pas se plier à la masse. Je dois choisir pour la première fois le cadeau du C.E. pour mon fils, côté garçons c’est déjà affligeant mais en feuilletant le catalogue aux pages filles j’ai trouvé pire que les mini-fer-à-repasser et mini-seau-serpillière : je vous laisse apprécier.

    Dommage qu’on ait pas entendu parler plus de la maman geek en effet, mais l’enfant vivra aussi bien le fait que son père ou sa mère soit rôliste ou gamer ou … et les autres parents d’élèves le vivront tout aussi mal. ><

    Sinon je trouve très beauf de votre part de qualifier de beauf les gens (en les mettant tous dans le même joli panier) qui ont d'autres centres d'intérêt que vous. La F1 est passionnante quand on est fou de mécanique, l'opéra est passionnant quand on aime les belles voix, le black Metal est passionnant quand on aime le bon growl … Moi je déteste les betteraves par exemple, mais je n'en priverai pas mon fils pour autant.

    En tout cas ravie d'apprendre que c'est pour très bientôt pour Piouf, et que Krillin prépare bien sa BD thèque.

    Bonnes vacances, et n'oubliez pas vos tablettes pour nous préparer de bons sujets (de moins vieux) pour la rentrée.

    Be seeing you,
    Mentine

    • MrClem dit :

      >Moi je déteste les betteraves par exemple, mais je n’en priverai pas mon fils pour autant.
      il faut que je l’encadre celle là 😉
      Mais par contre tu en prives le père de ton fils !!!!

      • Krilin dit :

        J’aime beaucoup quand Bazingcast permet aux couples ou familles d’aborder des problèmes qui seraient restés enfouis sinon. 🙂

    • Krilin dit :

      Et je remercie Mentine de m’avoir rappelé il y a quelques épisodes que Yoko Tsuno était un superbe rôle model (pas nécessairement genré).
      Cependant, ma copine t’en veut du fait que j’ai du attaquer une nouvelle rangée de nos bibliothèques.

      Sinon, tu as raison sur les attaques « beauf ». Je vais essayer d’expliquer mon point de vue plus précisément : j’ai beaucoup souffert de la réaction des autres quand je ne m’intéressais pas à la culture majoritaire. J’ai cru un moment que c’était une question d’âge, le lycée et surtout l’école d’ingé s’étant mieux passés (yavait toujours les cons BDE qui supportaient pas qu’on ne pense pas comme eux et qu’on vote neutre aux AG, mais c’est un autre sujet), mais le monde du travail m’a ramené à la réalité : il y a toujours une majorité de béotiens qui aiment la même chose que tout le monde (que leur tout le monde) et qui émettent parfois des doutes sur tes gouts par un subtil « tu regardes pas le foot ? Pédé ! »
      Donc voilà : j’ai souffert de ne pas apprécier la culture majoritaire, et j’ai eu du mal à résister au bulldozer de la pression sociale. Aujourd’hui, je vais tenter de transmettre une partie de ma culture et surtout ma sensibilité aux choses (un truc de pédé, en gros) – tout en essayant d’éviter l’écueil du bastion communautariste extrémiste. Mais, ce que j’essayais de dire dans le podcast, je serais extrêmement triste que le petit tyran dans lequel je vais investir une fortune en temps et en thune finisse par choisir les gouts de la culture majoritaire. 1/ parce que ce ne sont pas mes gouts et donc je n’aurais plus de gout en commun avec lui (et que j’aurais échoué à lui transmettre ma vision de la vie) 2/ parce que en ayant ces gouts, il aurait de grandes chances de fréquenter ces gens qui m’ont fait souffrir (et qui sont, soyons clairs, des gros cons).
      Mais là on parle de gouts.
      Pire, imaginons qu’il ne choppe pas des gouts de chiotte mais une sensibilité de merde (il pense que réfléchir = se prendre la tête, il aime la télé réalité -parce que c’est drôle-, il est de droite, etc.). Sincèrement ? Tout ça pour ça ? C’est pas seulement qu’il a les gouts de mes oppresseurs, gouts faciles à consommer d’une génération d’assistés, c’est qu’il sera devenu comme mes oppresseurs. Et là je trouve ça triste.

      Mais bon, comme le podcast l’a bien démontré, avec 3 papas et 6 enfants (sans compter Swann) : on n’a aucun contrôle sur ses enfants.

    • ien_ien dit :

      je trouve très beauf de votre part de qualifier de beauf les gens (en les mettant tous dans le même joli panier) qui ont d’autres centres d’intérêt que vous.

      l’escalade c’est juste un sport (débile, comme beaucoup d’autres sports)

      😉

    • ShoTo dit :

      Oui enfin ne tombons pas non plus dans le relativisme béat, tous les loisirs ne se valent pas…

  10. DDSCHUTZ dit :

    bonjour bazingcast

    Je n’écoute pas tous les épisodes, je cible : les épisodes avec les zombies et les épisodes avec ODPJ.

    Là j’intervient pour ma petite remarque, je trouve que le fait de dire la TV c’est de la merde, il ne faut pas regarder la tv comme la masse c’est un peu réducteur.
    Car il y a 20 ans on regardait tous la TV et le club dorothé qui nous a forgé, avec les mangas, la culture geek que l’on a aujourd’hui. Je connais des gens qui ont été bridés par leur parents qui ne voulaient pas que leur enfant regarde les « conneries » à la TV qui regrettent un peu maintenant. Ils ne ressentent pas ce frisson au début du générique d’Albator, qui signifie qu’ils se rappellent leur enfance.

    Il faut laisser se forger une opinion, et laisser faire leurs erreurs aux enfants (comme l’a bien dit Babozor). Même si en regardant dernièrement un épisode de capitaine Flam c’est pas super intello non plus.

    D’ailleurs voila une question que j’aimerais poser a ces papas geeks. Si vous ne laissez pas regarder les séries actuelles a vos enfant leurs ferriez vous regardez les série d’il y a 20 ans. Heidi est elle plus ou moins niaise (avec votre regard de parent d’aujourd’hui) que Dora l’exploratrice ?

    Emission très intéressante.

    Vivement le cross-over avec Proxijeux

    • Krilin dit :

      Pour moi c’est un débat central. Déjà, il faut bien noter que j’ai dit « pas d’antenne » et pas « pas de télé ». Je pense que la sélection est plus intéressante que l’interdiction (et surtout : pas de pub !).

      Le PAF a bien changé en 20 ans. Perso je suis affligé par ce que je vois à la télé. Les dessins animés ont globalement le même niveau, par contre la pub et pire la pub incrustée est partout. Quant à la télé réalité…
      Je ne crois pas qu’on avait une telle ode à la médiocrité à notre époque. Je pense aux « quand aurai-je mon premier enfant ? envoie BEB au 3432 » « suis-je trop grosse ? envoie MOCH au 3433 » etc.
      Je dis pas que « une famille en or » c’était intellectuel avant ; je dis que maintenant on a rajouté une couche de crasse, de dégradation de l’humain, d’ode à la médiocrité, etc.

      Et perso j’avais pas le droit de regarder le club Dorothée, et on peut dire que je m’en suis bien sorti. Et j’ai regardé Albator sur feu la 5e (la chaine de Berlusconi ^^).

    • Piouf dit :

      En effet c’est une remarque très intéressante, je n’ai pas voulu développer parceque c’est un débat à part entière pour moi. L’interdiction générale est évidemment une connerie, mes cousins restaient scotché devant les pub pendant des heures quand ils venaient à Paris parcequ’ils n’avaient pas du tout la TV chez eux.

      Il ne faut pas interdire, il faut éduquer et pour éduquer il faut montrer.
      Après il faut aussi donner un petit degré de liberté car non on ne peut pas appliquer nos gouts et principes d’adultes aux dessins animés de nos enfants.

  11. Alexandres dit :

    Bon, et bien… Il était vachement cool cet épisode ! (< réflexion de vieux con :p)
    MERCI à vous tous et à vos super invités !

  12. PAT LACHATTE dit :

    Je ne sais plus qui a écrit qu’il y en avait marre de ces ersatz de podcasts high-tech qui, sous prétexte qu’ils traitent de culture geek, commencent tous par une tonne de « news » (qui n’en finissent pas et qui n’en sont plus d’ailleurs)…Bazingcast ne tombe pas dans cette fausse bonne idée et j’en suis fort aise.
    Je voulais aussi vous féliciter pour la qualité du débat, de sa durée, et du choix des intervenants. ODPJ, Babozor et Captain Web ont été impliqués et captivants. Moi même qui suis papa d’un garçon d’ 1 mois et demi, j’ai écouté et opiné du chef à de nombreuses interventions du Captain web, que j’ai trouvé le plus mesuré de la troupe et qui semble donc se rapprocher le plus de ma conception de « père ».
    Une petite remarque sur Krillin qui m’a bluffé avec sa 2ème interview : bravo à lui pour cet exercice pleinement réussi…Je l’encourage à multiplier ce genre d’exercice hilarant. En revanche, durant le débat, contrairement à Piouf qui a été d’avantage dans l’écoute et dans l’effort de discernement d’un contexte dans lequel qu’il n’évolue pas pour le moment, Krillin m’irrite toujours un peu par ses jugements au couteau, ses préjugés pouvant parfois s’appuyer sur un complexe de supériorité et une intolérance notoire envers un monde extérieur qui peut (souvent?) ne pas lui ressembler.
    Bon en même temps, tous ces défauts ont, je pense, grandement contribué à la réussite de ses interviews trollesques.

    • Krilin dit :

      Je comprends parfaitement ; ça fait à la fois partie du personnage que je joue, et à la fois mon petit plaisir coupable, j’aime beaucoup être provocant et extrême dans ce que je dis, même si en réalité je suis (souvent) plus mesuré (et souvent je profite des commentaires pour prendre le temps d’expliciter mon point de vue, ce qui est difficile en live dans une conversation).
      J’assume l’image que je donne, mais c’est vrai que ce point du « complexe de supériorité » revient souvent, et ça m’attriste assez parce que ce n’est pas du tout le cas. Mais il est évident que mes jugements parfois très durs sont responsables.

    • Piouf dit :

      Merci pour les compliments et en plus t’as raisons, Krilin est un gros con 🙂

  13. ShoTo dit :

    Au sujet de « Faut il laisser gagner les enfants ? »
    J’ai la solution !
    Je fais du ping pong en club (sport de geek : Buffet et Bill Gates sont des passionnées et apportent un soutient matériel à la jeune championne américaine qui se débrouille plutôt bien au JO) et quand j’ai un match contre un enfant (bon, certains sont meilleurs que moi mais c’est un autre sujet 😀 ) je ne le laisse pas gagner mais je m’inflige un handicap. C’est à dire que j’essaye de gagner mais sans faire certains services ou certains coups que je maitrise bien mais en essayant des choses différentes que je n’oserais pas contre un adversaire de mon niveau.
    Le match est intéressant pour moi car ça entraine mes points faibles et du point de vue du gamin dès qu’il se rend compte qu’il a une chance de gagner il va mettre toutes ses tripes dans le match.
    Une fois c’était marrant, j’avais gagné de justesse et quand on s’est serré la main, il était tout en sueur et m’as regardé dans les yeux en disant « C’était un beau match »

    Après je ne m’y connais rien en jeux de société, est ce applicable ? C’est à creuser.

    • Krilin dit :

      Complètement, et c’est une bonne idée.
      Après ça dépend du jeu de société, mais par exemple pour Dominion tu peux jouer avec 4 cartes au lieu de 5, pour Zombies(…) ta blonde peut compter pour deux (handicap), pour le scrabble, tu peux jouer sans voyelles, etc.

  14. PAT LACHATTE dit :

    A l’écoute de ce podcast je me faisais une réflexion. La « beaufitude » ne tient elle pas parfois à une question d’habillage?
    Moi qui ne supporte également pas la formule 1, je suis relativement plus tolérant à l’égard du foot (….même si j’atteste que lorsque je me rends à un match au stade, je n’hésite pas, avec une délectation krilinesque non dissimulée, à observer ces nombreux supporters « bas du front » saucissonnés dans leur maillot de foot pourtant size XXL, qui invectivent et harranguent fiévreusement avec un jargon s’approchant approximativement du français. Bien entendu, inutile de vous préciser qu’à ce moment là, bien qu’au même endroit, je suis convaincu de ne pas faire partie du même monde qu’eux).
    Cette parenthèse étant, je voulais revenir à ma réflexion originelle qui justifie ce post. Effectivement, ne pensez vous pas que la F1 relookée en plus « geek », façon F-Zero par exemple, même retransmise sur TF1, n’aurait pas finalement nos faveurs? Un foot high tech façon Speed Ball des Bitmap Brothers ne vous séduirait-il pas d’avantage? Pas de méprise, je parle seulement de l’habillage, avec tout ce qu’il y a autour. Ne pensez vous pas que la passion tient parfois à la forme? au packaging?

    Pire, autre remarque: la « beaufitude » ne semble-t-elle pas subjective finalement…
    Ne croyez vous pas qu’un beauf (selon notre définition approximative à nous), c’est à dire en survêt, qui attend, la bave aux lèvres, les résultats de son tiercé…ne doit-il pas s’étrangler de consternation, voire de condescendance et de honte pour le genre humain, lorsqu’il voit à la télé (sur TF1) un reportage de quelques minutes sur la Comicon et ses drôles d’hurluberlus de plus de 30 ans déguisés en Goldoraks en train de jouer à hipo glouton avec des yeux exorbités? (euh cet exemple est fictif hein, mais il pourrait pourtant bien être réel)….

    • Piouf dit :

      D’après moi c’est juste que les différents groupes ont des valeurs différentes. Les uns c’est par exemple l’esprit d’équipe, la cohésion de groupe et la compétition, les autres c’est l’esprit critique et de contradiction, la volonté d’aller dans les détails d »un sujet, la différentiation culturelle etc.

      Forcément les premiers (les sportifs) sont les baufs des seconds (les geeks), et inversement les sportifs nous considère comme des geeks avec le sens péjoratif qu’ils donnent au mot.

      Chacun est dans son identité, ses valeurs, et chacun considère la sienne de manière positive et celle des autres de manière négative. On voit le même phénomène entre les cultures à l’international (esprit de groupe et du collectif VS esprit critique et individualisme).

      Oui je caricature, ET ALORS ?

  15. Benoit dit :

    Salut,

    Je découvre avec cet épisode le podcast Bazingcast (même si j’en avais déjà entendu parler via d’autres émissions) et je dois dire que c’est beaucoup pour le sujet traité que je m’y suis intéressé.

    Quarantenaire et papa de… 4 filles !! (14, 12, 10 et 7 ans), je me suis beaucoup reconnu dans les propos de vos 3 invités, pas mal d’expériences communes. Pour ma part, je ne suis pas ce que l’on peut appeler un « gros geek » mais j’ai toujours eu des centres d’intérêt différents de mes camarades de classe et même encore aujourd’hui de mes collègues de travail.

    Je ne veux pas devenir le « mari/papa cliché » et j’évite un maximum de fréquenter ce genre de personnes (un peu plus difficile au boulot). Je ne me considère pas comme asocial mais il est vrai que très souvent je suis très en retrait dans les certains évènements de la vie scolaire de mes enfants (petite question à moi même : Dois je encore porter mon tee shirt « Brutal et Arrogant » dans ces moments là ?) et j’ai du mal à avoir des discussions avec les autres parents (même avec certains anciens camarades dont les enfants sont scolarisés aux mêmes endroits que les miens).

    A la maison, au niveau des films qu’elles ont le droit de regarder, nous sommes assez souples avec ma femme (à part au niveau des scènes avec de la nudité ou du sexe que nous zappons). Bien sûr, le premier visionnage se fait avec un adulte mais il est vrai qu’elles ont découvert (et apprécié) assez jeune des films comme « Princesse Mononoké », « Sleepy Hollow », la saga « Underworld », « Le Seigneur des Anneaux » et plusieurs autres (la petite dernière adore les vampires depuis quelques années et pas que de la saga « Twilight »).

    En matière de jeux vidéo, c’est un peu pareil… Elles peuvent jouer à « Fable 2 », « Bayonetta » mais toujours en notre présence. De tout façon, ces activités se font dans le salon familial où est aussi installé l’ordinateur pour une meilleure surveillance (pas de contrôle parental pour ce dernier… Pas de débordements constatés pour l’instant). Disons que par rapport à une bonne majorité d’enfants qu’elles fréquentent, elles ont déjà des goûts et des « permissions » que certains envient (j’ai pu le constater durant les fêtes d’anniversaire à la maison)… « Vos parents sont cools !! » est une phrase qui revient souvent.

    Aujourd’hui, je dois dire que je suis heureux de pouvoir partager avec elles, des passions que j’ai du mettre un peu de côté quand elles étaient beaucoup plus jeunes, mais aussi de découvrir les leurs, même si ce n’est pas toujours facile (surtout au niveau musical).

    Je finirai avec ma devise avec un clin d’oeil à l’un de mes films préférés qui résume pas mal ma personnalité…
    « Un enfant de 15 ans coincé dans le corps d’un adulte de 30 piges, un sorte de Tom Hanks dans Big » (Svinkels)

    EDIT : Depuis, j’ai écouté d’autres émissions et je suis devenu fan… Je télécharge la suite 🙂 Longue vie à Bazingcast !!!

  16. Krilin dit :

    Ce qui me fait plaisir, c’est que tous les parents geeks nous confirment la même chose :
    -les enfants sont incontrôlables
    -être parent ne nous empêche pas de reste associable ^^

    Le coup de la musique, c’est vraiment ce qui va être dur pour moi. Devoir supporter de la merde, à nouveau… Pourtant, j’ai écouté ma part de daube pendant un moment (mauvais rap au collège, mauvais metal au lycée, etc.).

    >4 filles !! (14, 12, 10 et 7 ans)
    Je suis assez fasciné par les familles nombreuses (parce que par chez moi, elles sont nombreuses mais pas concaténation, génétiquement ya au plus deux frères et sœurs). Donc je te pose les mêmes questions qu’aux autres :
    -pas trop dur de les faire toutes éloignées de 2 ans ? parce que la précédente n’est pas encore autonome (et celle d’avant pas des masses non plus) qu’il faut s’occuper à 100% de la dernière.
    -une telle fratrie, ça donne 4x plus de travail, ou ça s’occupe les uns des autres ? Elles sont plutôt solidaires ou en concurrence ?

    Sinon, rapport à ta remarque, il me semble en effet très important que télé et console soient dans le salon. Ordinateur également dans un premier temps, et internet également (pendant une période un peu plus longue).
    Moi qui ai eu plein de choses en autonomie dans ma chambre, la télé est vraiment une erreur que je déconseille aux gens de faire (pour internet, je peux pas comparer, en 1998 c’était pas trop la même chose).

    • B. dit :

      Parler de « famille nombreuse » à partir de 4 gamins me fait toujours sourire : Si j’ai 3 frère et soeurs, ma mère est d’une famille de13 enfants et mon père d’une famille de 8…

      • Krilin dit :

        Ouais, enfin les temps ont changé. Si tu comptes pas les familles récemment immigrées et/ou bigotes, la plupart des familles ont 1 à 2 enfants. Ça fait un paquet d’années que la moyenne est à ~2 enfants par femme en France. Donc 3 c’est moins courant, 4 c’est « rare ». Je n’ai pas réussi à trouver de courbe.
        EDIT : Figure 3 et 4
        à lire aussi :
        le faible mais non nul impact des immigrées sur le taux de natalité (figure 1)
        la crise retarde le premier enfant mais ne change pas le nombre d’enfants
        Bah c’est intéressant tout ça, j’ai pas perdu ma journée 🙂
        /EDIT

        Mais si tu prends nos parents, nés à une autre époque, dans un autre milieu, avec un contexte socioéconomique différent, c’est pas comparable. Leurs parents avaient connu la guerre, pas nécessairement la modernité, et pour ceux qui vivaient à la « campagne » (cad à + de 50km de Paris) c’était normal de faire plein d’enfants. Et ça se vérifie dans ma famille où tous ceux qui sont issus de branches campagnardes ont des arbres généalogiques imbitables, alors que ceux qui étaient déjà citadins étaient plus raisonnables (pas moins de 4 enfants ceci dit dans la génération de mes parents).
        EDIT : j’avais en plus oublié le baby boom ; et sur les études ci-dessus on peux voir que dans les années 60, le taux de mortalité infantile a été divisé par deux, alors que le taux de natalité n’a pas eu le temps d’écoluer par rapport à la décennie précédente (ce qui a été corrigé à la décennie suivante).
        D’où ça confirme mon idée que nos parents très nombreux c’était une exception liée au croisement de plusieurs tendances et facteurs. Et ça dépend des régions et des classes sociales.

        • B. dit :

          Tout ça est plutôt vrai, mais pas exactement en ce qui me concerne : Plusieurs de mes oncles sont nés avant ou pendant la 2e guerre mondiale, donc tintin pour le baby-boom, les deux familles étaient citadines, l’un de mes grands-père était médecin (et bigot, certes), l’autre avait tout de même fait des études et sa femme itou, et pour ce qui est d’être immigré, je doute que les immigrés alsaciens de 1870 (cas de la famille de mon père) aient eu natalité plus forte que le reste des français…

          Mais 4 gamins, pour moi, ce ne sera jamais une famille nombreuse 😉

          Cas intéressant d’ailleurs : mes arrières grands-parents ont eu moins d’enfants que mes grands-parents, preuve que l’expression « Ouais, enfin les temps ont changé » ne s’applique pas toujours…

    • Benoit dit :

      Il est brai que 4 enfants avec 2 ans d’éc

  17. B. dit :

    Sur la « transmission des gênes geeks » à la descendance, à un moment du débat, Krilin tu poses la question de savoir si ça embête pas les parents de donner une culture différente de celle de la masse à leurs enfants.

    Si la question pouvait se poser il y a encore quelques années, je pense que ce questionnement n’a plus lieu d’être : Aujourd’hui, tout le monde est geek. Ou, dit autrement, « les geeks ont gagné ». AMHA, du moins.

    Un geek, il y a quelques années (10, 15, 20, voir plus), c’était une espèce de binoclard qui qui se passionnait pour : coder des programmes ou des sites/les jeux vidéos/les mangas/les comics/la SF et le fantastique/les séries télé/les animes/…

    Aujourd’hui, TOUT le monde mate des séries télés, « sérieuses » ou pas, plus personne ne traitera de nerd un mec qui lit tout Stephen King, devenu incontournable, l’adaptation des comics au ciné fait un tabac (The Dark Knight, y avait pas que des geeks dans les salles, hein,…), le SdA itou, il est super simple de créer un site/blog en trois clics, tous les médias se font l’écho des news technologique (cf Free, la guerre des smartphones,…), Miazaki est plus franchement « underground », des marques comme Celio font des fringues « geek » (t-shirt DC Comics, Star Wars,…),… .

    Restent franchement étiquetés « geeks » , à mon avis, les programmeurs informatiques, les rôlistes et quelques autres. Sinon, pour l’essentiel, le geek, le vrai, s’est dissout dans la société.

    • ShoTo dit :

      Je ne vois rien de geek dans tout ce que tu as cité.
      Et puis le « tout le monde voit des séries sérieuses », absolument pas non, The Wire ou Six feet under sont nettement moins regardés que le mentaliste

      • B. dit :

        Ta première remarque confirme plutôt ce que j’ai écris. Et concernant la seconde, je crois que tu as juste manqué une virgule dans ma phrase 😉

        • ShoTo dit :

          Non vu que le geekisme n’a rien à voir avec ce que tu as écrit, les enfants de geeks seront donc en décalage avec la masse de gens.
          J’ai effectivement lu ton message trop vite mais il faudra m’expliquer la différence entre aujourd’hui et le passé vu que les séries télé ont toujours été regardé par le grand public sauf qui s’appelle aujourd’hui le mentaliste s’appelait à l’époque Starsky et Hutch.

          • Krilin dit :

            Je pense que B. a (au moins partiellement) raison sur le fait que la culture geek a clairement « gagné » et fait aujourd’hui partie de la culture dominante (on peut s’en réjouir ou s’en plaindre : on peut considérer qu’elle a perdu en se faisant absorber). Tout le monde trouve cool les zombies, le fantastique (cf. tous les blockbuster pour gamin genre eragon d’une part ou twilight d’autre part : il y a 20 ans les parents auraient empêché leurs gamins de lire des trucs aussi bizarre – ça existait, mais pas à ce point connu et reconnu).

            Niveau culture, donc c’est clair. Niveau intérêts, dans une moindre mesure, ça joue aussi : la technologie, smartphones, internet, consoles, font partie de la vie courante. Même les séries sont plus regardées, mieux considérées, quels que soient leur sujet. Certes les S&H se sont transformés en les experts, mais à côté de ça, autour de nous il y a beaucoup de gens qui ne sont en rien des geeks qui vont regarder des séries moins prédigérées en allant eux même les chercher sur le net. Je connais beaucoup plus de gens mainstream qui ont regardé lost ou fringe que de gens qui ont regardé X Files à l’époque.

            Donc même si ça existait déjà à l’époque, je trouve qu’en termes de culture et d’attraits pour la technologie, les séries, etc., l’identité geek s’est en effet dissoute (au moins les premières couches).

            Il nous reste Cthulu, le jeu de rôle, (les jeux de plateau hardcore?)…
            Mais ce qui est intéressant, c’est qu’on va voir si réellement les geeks sont une population différente (comme ils le prétendent) et si ils vont survivre au fait que leur culture (= le moyen de reconnaissance le plus simple) a été reconnue/absorbée.

            • ShoTo dit :

              Je vais analyser quelques uns de vos exemples :
              Les séries TV sont mieux reconnus qu’avant
              Oui, car elles sont objectivement meilleurs qu’avant (contrairement au cinéma par exemple). Les années 2000 sont clairement l’âge d’or des séries télé.
              Regarder Lost était certes geek en 2004 quand personne ne connaissait mais ce n’était plus vraiment le cas en 2010, et le fait que les gens téléchargeaient n’y change pas grand chose, c’est devenu une pratique très accessible et répandue qu’elle n’a rien de geek. (En fait, une des caractéristiques principales du geek est découvrir des choses/pratiques avant le grand public, ça s’applique aussi aux blogs, et Internet en général). Et encore, des gens qui regardent leurs séries à la télé, il en reste encore (!!), je ne vois vraiment pas comment on peut dire que la culture geek en matière de série a gagné. Les série demandant un réel investissement comme The Wire ou Six feet under ont toujours une notoriété confidentielle.
              Cependant, pour aller dans ton sens, on peut considérer le téléchargement comme étant un refus de TF1 dans une volonté de prendre le contrôle de nos vies, s’affranchir des programmes télés. Il y a aussi plus de gens qui en regardent en VO qu’avant je le reconnais.

              l’adaptation des comics au ciné fait un tabac (The Dark Knight, y avait pas que des geeks dans les salles, hein,…)
              Je ne vois aucun rapport avec le geekisme, la première adaptation moderne spiderman date de 2002. Personne n’avait entendue parler de geek attitude à l’époque, le film avait fait un carton car c’est un blockbuster hollywoodien comme il y en a des centaines qui n’a d’ailleurs pas grand chose de geek, Spiderman est un comic sans intérêt qui a toujours été dans la culture populaire (je me souviens du dessin animé quand j’étais gosse)

              Tout le monde trouve cool les zombies, le fantastique
              Mouais, il me semble en avoir toujours vu. Après c’est une question de mode et de cycle, dans les années 80 la science fiction est populaire dans l’édition et le polar était ringard, depuis ça s’est inversé (voir l’épisode 5 de l’Agence tout geek). Twillight bénéficie surtout de l’effet Harry Potter qui a entrainé une foule de gens vers la lecture. Le fait que ce soit concomitant avec la soi-disant revanche des geeks est imho une coïncidence.

            • Krilin dit :

              Tes arguments sont valables.
              Pour les séries, c’est particulièrement tangent, je ne vais pas me battre sur un terrain qui ne me convainc pas à 100%.
              Pour la culture, je reste persuadé qu’aujourd’hui elle est reconnue par la masse. Coïncidence ou non, les héros geeks sont devenus les héros de tous, tout le monde se prétend geek, les geeks sont à la mode.
              (Moi je pense que ce n’est pas une conïncidence : les enfants geeks sont devenus adultes, ont réalisé spider man ou le SdA parce qu’ils en avaient les moyens, et ça a été acclamé par tous les anciens enfants geeks infiltrés dans la population active).

              Bref, la grande question est : puisque la culture geek a pris un grand coup de dissolution, est-ce que l’identité geek va survivre (= est-ce qu’un geek est défini par quelque chose de plus que sa culture de niche).

  18. ShoTo dit :

    Oui, inutile de se battre (surtout qu’un blog n’est pas approprié pour la joute verbale). Je réponds juste là dessus
    les enfants geeks sont devenus adultes, ont réalisé spider man ou le SdA parce qu’ils en avaient les moyens
    … et surtout parce que la technologie des effets spéciaux était devenu suffisamment mature pour faire ces films. Quand Sda est sorti en 2002 (c’était encore l’époque du « t’as un ordinateur ? Tu es donc un intello ») mes camarades sont allés le voir car attiré par le caractère épique de la bande annonce. Personne n’avait associé Sda comme un truc d’intello boutonneux, c’était juste un blockbuster comme il en sortait régulièrement.

  19. Poio dit :

    Hrm, pour les séries, prenez MacGyver plutôt que Starsky et Hutch, ce sera plus pertinent.

    Quand vous dites que la culture geek a gagné / est reconnue, j’suis pas vraiment convaincu. Personnellement, chaque fois que je vois mes frères, je me rends compte à quel point je vis dans un monde bien différent du leur, avec mon petit microcosme. Ils vont voir Batman au ciné aussi, mais c’est plus franchement un élément déterminant de « l’identité geek » si on peut appeler ça comme ça.

    Enfin bon, de toute façon, faut se méfier du mot geek, c’est juste une étiquette fourre-tout de plus … Suffit d’avoir ajouté gizmodo.fr dans ses flux rss quelques temps pour s’en rendre compte …
    A mon avis, il va juste y avoir un décalage, le « geek hype » et l’autre.

    • Krilin dit :

      En fait je crois qu’on est tous les 4 d’accord sur le constat, mais pas sur les termes :
      la culture geek, qui avant appartenait seulement aux geeks (zombies, comics, sda, etc.) fait maintenant partie de la culture commune.
      On peut considérer qu’elle a gagné, perdu, qu’elle s’est dissolue, qu’elle domine, au final le constat est le même.

  20. B. dit :

    Au final, je pense que les enfants de geeks n’auront pas tellement une culture si différente de celle de la masse. Les différences viendront peut-être de quelques nuances (je prends un exemple vraiment caricatural : il y a de bonnes chances que les gamins de geeks lisent plus de SF ou de fantasy que leurs petits camarades, simplement parce que cela fera partie du bagage culturel transmis par leurs parents et/ou facilement dispo à la maison) ou de l’étendue de la culture : là où la masse ne connaîtra de Batman que quelques films, les gamins de geeks risquent de mieux connaître le personnage, d’avoir lu les comics,… Idem avec l’informatique, où ils seront peut-être plus pointus que leurs petits camarades pourtant sacrément « connectés »,… (Désolé pour le côté caricatural des exemples, j’essaie juste d’être clair).

  21. WilnocK dit :

    Donc normalement, a la rentree c’est une emission sur la sexualite des jeunes geek (15-20ans) en 2012? Le Snoodz, r/gonewild, cumface et autre etape du meme genre?

    Ca semble etre la progression des panels aborder, Swan est le prochain invite?

    • B. dit :

      Krilin est plus branché sur la sexualité des très jeunes geeks…

      • WilnocK dit :

        Oui, oui, le sujet contient egalement la partie: la decouverte de la sexualite des tres jeunes.

        En 2000, un jeune de 16 ans avais 85% de chance d’avoir ete en contact avec des oeuvre pornographique (citation utilise dans the West Wing S01E01), en 2012, un jeune de 16 ans a 99% de chance d’avoir ete en contact avec des oeuvre pornographique pour peu qu’Internet soit a la maison.
        Etrangement les questions de Parenting+sexualite n’ont pas ete aborde, certainment car le panel ne presentait que des parents d’enfants de moins de 13ans.

        Entendre Krilin annoncer: « J’ai peur que mon fils soit supporter de foot« , je n’ai pas pu m’empecher d’entendre: « J’ai peur que mon fils soit [homo], [avocat], [tueur a gages], [roliste], [fonctionnaire], [homme a la maison]… » Rayez la mention inutile

        • B. dit :

          Euh… « Parenting » ????

          Pour la remarque de Krilin, outre le fait que je suis assez d’accord avec lui 😉 je pense que c’est un bon exemple d’une crainte « normale » de tout parents : s’inquiéter de voir un jour ses enfants adopter d’autres valeurs/comportements/centres d’intérêt/… que ceux que l’on considère comme « valables ». « J’aimerais pas que mon fils soit d’extrème-droite »…

          • WilnocK dit :

            Parenting, l’education familiale (je suppose). Les questions de sexualites et d’eveille a la sexualite n’ont pas ete aborde durant l’emission.

            Je n’aimerai pas que mes enfants aient peur d’etre et de faire ce qu’ils jugent necessaire et important a leurs yeux, meme si cela signifie etre fonctionnaire, transgenre, Scientologue et d’extreme gauche…
            Ce n’est surement pas de la responsabilite des parents d’annoncer ce qui est « valable »

            • B. dit :

              Ce qui équivaudrait à donner à ses enfants un blanc-seing, type « Tout est bien tant que c’est ton choix ». Ce ne sera jamais ma vision du truc. Après, en grandissant, les enfants passeront outre (ou pas) la désapprobation parentale.

              Perso, le jour où mon gamin est cycliste professionnel, fumeur de pétards et/ou porteur de slips kangourou, j’envisagerai sérieusement mon suicide (ou son meurtre).

  22. Ping : J’aime bien … la grotte du barbu, et même barbu cast | Le blog du Lord

  23. Maelint dit :

    Salut !

    Je viens seulement de finir d’écouter l’épisode, pour cause de vacances, et je le trouve très chouette.
    Débat bien intéressant, même si je suis bien loin de faire partie des parents geeks. Je suis plus confrontée à des enfants geeks, pour ma part en tant qu’anim en colo.
    D’ailleurs, vous m’avez beaucoup fait rire avec les oreilles de chats, parce que dans une colo « Mangaka », des oreilles de chat ont en voit tous les jours… (surtout le jour de la sortie à la Japan expo)

    Et je plussoie (je ne sais plus si c’est Captain Web ou Olivier de PJ) sur le fait que le jeu de société, et encore plus le jeu vidéo n’apparaissent (malheureusement) pas comme un activité « normale » pour un adulte.
    Je me rappelle une conversation sur le sujet avec une prof (qui était pourtant ouverte d’esprit). C’était du style « Je trouve qu’on adulte qui passe plusieurs heures à jouer aux jeux vidéos, ce n’est pas normal » Approuvé par quelques personnes.
    Ma réponse « Mais, moi j’en connais des gens qui ont 25, 30 ans, qui jouent aux jeux vidéos régulièrement, et qui son très équilibrés, en général même des gens très intelligents. » à plus provoqué un blanc dans le salle et une réaction peu convaincue qu’autre chose.

    (Et moi aussi je veux des autocollants Slug Fiction !)

  24. Laaris dit :

    J’arrive un peu après la bataille, mais en tant que jeune papa je tenais à dire que l’épisode était très instructif.

    L’arrivée du bébé demande forcément quelques ajustement d’emploi du temps et quelques restrictions.
    Personnellement je me force à ne pas rester scotché devant un écran ou dans un livre tant qu’elle n’est pas au lit, le problème étant qu’elle dort de moins en moins.

    Au niveau « éducation geek », à 6 mois c’est un peu tôt donc je ne me prononce pas. Mais j’ai déjà des idées plein la tête, notamment à quel âge elle verra quel film, et ce genre de trucs un peu naïfs qui n’ont évidemment aucune chance d’être respectées.

    La période avant la naissance n’a pas été trop abordée, dans mon cas la maman a dû réfréner mes idées de prénoms un peu trop référencés.

    Concernant la télé, personnellement j’ai un peu souffert de sa restriction quand j’étais enfant, je ne voyais aucune série ni animés passant sur TF1, j’avais le droit à Tom Sawyer, Denver ou Ulysse 31 parce que ça passait sur la 3. Idem pour tout ce qui est film, je ne voyais que ce qui était « de mon âge ». Et les jeux vidéos c’était pas plus d’1h (ou 2 à force de négociations) par jour quand y’avait pas d’école.
    Au final je n’ai pas été baigné dans la culture mainstream, mais pas non plus dans la culture geek. Mon geekisme (puisque ça semble être le mot) ne s’est affirmé que lorsque j’ai pu me forger ma propre culture, lorsque je suis entré à la fac.
    Tout ça pour dire que ce n’est pas forcément une question d’éducation, j’aurais très bien pu à 18 ans devenir fan de foot, bière et Fast&Furious, mais j’ai été plus attiré par la culture geek sans que l’éducation que m’ont donné mes parents m’y destine particulièrement.

    Sinon, aucun rapport mais depuis quelques épisodes j’ai relevé quelques moqueries récurrentes à l’égard de cette chère ville de Nantes. C’est quoi le problème? Vous voulez qu’on en parle? 🙂

    • Mentine dit :

      Bientôt… tu comprendras pourquoi. Moi ça ne me dérange pas, tant qu’on ne parle pas de Toulouse.

      Be seeing you,
      Mentine

    • Krilin dit :

      Moi j’ai beau me battre, Jean-Cthulhu ne passe pas, même en 2e ou 3e prénom 🙂
      (alors je fais la grève des gamètes pour me venger)

      Ça me fait marrer ton expérience de gamin, j’ai eu exactement la même. Interdiction de TF1 qui rendait idiot, mais j’ai eu droit à la cinquième pendant les quelques mois où elle était là, et ensuite F3 ; donc en effet, Tom Sawyer, Ulysse 31, je maîtrise grave.
      Moi j’ai toujours été attiré par (ce que j’appelle a posteriori) la culture geek mais j’étais trop seul. Je m’achetais un paquet de cartes magic de temps en temps, un magazine (j’ai les premiers numéros de Lanfeust Mag avant que mon libraire prétende qu’ils avaient arrêté la publication). Mais c’est vraiment post-bac que j’ai découvert des gens avec qui partager ça.

      Nantes, c’est une longue histoire… Ça risque de revenir souvent 🙂
      Je ne spoile pas, je laisse le teasing s’installer ^^

  25. Ping : Radio Rôliste #17 – Apéro podcast | Radio Rôliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *