Bazingcast #20 « De la place des femmes et des dinos chez Francois Hollande »

Pour notre vingtième épisode, nous invitons Playne, qui nous invite à nous interroger sur la place des femmes dans la culture geek. Quelques news dont notre « hommage » à Steve Jobs, et notre sélection des séries de la rentrée. À ne pas manquer : notre « hommage » à Terra Nova.

  • News : le programme de Hollande sur Hadopi, la mort de Steve Jobs
  • Débat : La place de la femme dans la culture geek
  • Culture : les séries de l’été et de la rentrée

Pour retrouver tous les liens et informations complémentaires à cet épisode n’oubliez pas d’aller voir les liens et références.

Cet épisode est disponible sur iTunes, sur Miro, en téléchargement au format mp3 là (clic droit « Enregistrer sous »), ou en écoute en streaming grâce au lecteur ci dessous. N’oubliez pas aussi les différents flux RSS pour chacun des formats.

N’oubliez pas que vous pouvez retrouver Bazingcast sur Twitter (@Bazingcast, @Mr_Piouf), et Facebook.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Musique de fin : Volbeat – Still counting

VN:F [1.9.20_1166]
Rating: 4.5/5 (16 votes cast)
Bazingcast #20 « De la place des femmes et des dinos chez Francois Hollande », 4.5 out of 5 based on 16 ratings
Ce contenu a été publié dans Les épisodes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

50 Responses to Bazingcast #20 « De la place des femmes et des dinos chez Francois Hollande »

  1. Moa dit :

    Attention, cette nana traine sur 4chan..

  2. MakuChu dit :

    Et comme je l’ai fait remarquer à Krilin, vous êtes passés à côté de BattleStar Galactica (ok, c’est pas forcément facile d’être exhaustif), et d’un de ses persos principaux : StarBuck, qui est quand même une « nana qui déchire » dans un univers de science-fi. Univers d’ailleurs complètement égalitaire, avec une commandante de vaisseau inflexible, une présidente, et des pilotes de chasse de sexe féminin, sans même se poser de question.
    Sinon, au niveau WoW, si vous voulez de la gameuse looseuse, ça existe : http://www.watchtheguild.com/.
    Dans mon domaine de référence (la BD 🙂 ), je peux citer rapidement Isa des passagers du vent, Sillage, Aldébaran (même si dans celle-là, c’est un peu abusé), et pour le délire sur les environnement complètement féminin : Sophia libère Paris

    • Krilin dit :

      C’est vrai que Isa des passagers de vents est carrément une femme forte. Comme Lizbeth Salander, on ne peut pas dire qu’il lui arrive que des trucs funky, mais bon, elle ne se laisse pas faire, choisi ses amants à une époque où ce n’est pas franchement la norme, et n’hésite pas à les abandonner quand il le faut.

      • Mentine dit :

        Pas encore écouté, mais je suis sûre que vous avez zappé Yoko Tsuno… la seule et unique heroïne geek(ette) BD, ma hackeuse préférée ever.
        Mais je me trompe peut être de débat – héroïnes geek ou héro(ïne)s de geekettes. 🙂

        Be seeing you,
        Mentine

        • Makuchu dit :

          heey, + 1 pour Yoko Tsuno, qui du haut de mes 8 ans a du être ma première vraie « héroïne » !

        • Krilin dit :

          Au temps pour moi aussi, j’ai également oublié Yoko Tsuno ; à elle on peut pas reprocher grand chose. Et avec elle (mais pas du tout geekette) Claude du club des cinq.

      • yeti dit :

        Isa, je dirais même a très forte p…personnalité

        • nfevrier dit :

          C’est valable pour toutes les héroïnes de Bourgeon, Cyann est pensée sur le même modèle physique/personnalité.

          • Krilin dit :

            Oui, elles ont toutes des p..personnalités impressionnantes, mais Cyann est une tête à claque insupportable, que n’était pas Isa.

  3. barberouss dit :

    Commentaire rapide, je réécouterai le podcast.
    Mais, a t elle entendu parler de Jade (beyond good & evil) et Faith (mirror’s edge), et la « nouvelle » lara croft dans son prochain jeu?

    On sort complétement du cliché pour avoir un personnage plus attachant qu’autre chose.

    Et puis, sociologiquement, l’être humain est obligé de classer, de mettre dans des cases, de comparer a des archétypes. Donc chercher à se baser sur autre choses est , à mon sens peine perdue.

  4. WilnocK dit :

    Kim Possible, Juniper Lee ou simplement Lisa Simpson, les heroines a referencement geek ne manque pas, il faut peut-etre chercher hors de France?

  5. barberouss dit :

    Ah non, la pire chose qui soit arrivé aux femmes à la télévision, c’est la nana de medium…

  6. WilnocK dit :

    J’ai retrouve l’article que je voulais linker en premier lieu: ICI, Samus est une bonne reference!

    • Krilin dit :

      j’y ai pensé mais je suis pas trop d’accord. C’est un peu le bonus boobs du geek : il pilote un personnage trop puissant en armure, mais il sait que c’est une fille, ce qui lui fait bouillonner ses hormones : c’est un peu sa copine imaginaire qu’il doit sauver des metroïds…

    • Krilin dit :

      l’article est intéressant ; parfois un peu naïf mais a conclusion est intéressante.

      • wilnock dit :

        Ton premier commentaire vient avant la lecture du lien?

        • Krilin dit :

          Oui, mais je reste d’accord avec : pour moi, c’était juste un bonus boobs offert au joueur, pour l’attirer. Et c’est évident que savoir que c’est une fille fait que ça reste lpus dans ta mémoire qu’un shinobi, jeu de même qualité sorti à la même époque.

  7. ShoTo dit :

    Un court mais intéressant billet sur les réactions à la mort de Jobs.
    http://hyperboree-apollon.blogspot.com/2011/10/les-deboires-post-mortem-de-steve-jobs.html.

    • Krilin dit :

      Mouais, bof. L’auteur prétend prendre du recul et être neutre, or soit il fait un mauvais travail de synthèse, soit il est partisan et ignore délibérément la plupart des critiques intéressantes. Pour moi, c’est la 2e solution, vu des petites phrases rhétoriques comme « Sans doute croient-ils que les inventions sont faites pour aller dans les musées(…) » – d’autres petites manipulations et éléments rhétoriques tout droit sortis de « l’art d’avoir toujours raison » (1830) parsèment ce qui se révèle au final être une énième contre-offensive de fanboy, finalement vide de contenu.

      Ma synthèse sur Job :
      NON il n’a rien inventé niveau technique, mais OUI c’était un expert/requin/tigre (le mot « génie » m’agace) en terme de design, marketing, et expérience utilisateur. Il est d’autant plus fort qu’il a réussi à imposer des produits qui existaient déjà, mais étaient peu utilisés, et qui sont aujourd’hui des incontournables, dont on a oublié qu’ils existaient avant Apple. Je parle des différents types de lecteurs MP3, des smartphones, des tablettes.
      Même pour les ordinateurs, il a réussi à imposer son style afin que tout le monde – fans, opposants, ou grand public – croie qu’un ordinateur Apple est différent d’un ordinateur classique. J’insiste sur le fait que les gens pensent qu’il y a Apple et le reste, sans se soucier des différents constructeurs de cartes, de chipsets, ou des différents OS…
      Mais attention, ce n’est pas que du vent, l’aspect « expérience utilisateur » est un aspect très important et pas forcément trivial : Jobs n’est pas (seulement) un bon communiquant, c’est aussi une question d’idées et de stratégies. Dans un monde anti-microsoft où les libristes se battent depuis des années pour plus de libertés, c’était couillu d’aller dans la direction opposée à toute voiles.

      Ensuite, il ne faut pas oublier les points que j’ai soulevé dans le podcast :
      -c’était un « génie », mais c’était un tyran auprès de ses employés ou de ses proches
      -il a révolutionné la technologie auprès du grand public, mais il a refusé de se battre, et a même grandement profité, de l’exploitation des pays pauvres et du gaspillage de ressources naturelles.
      -il a mis un point d’honneur a rendre ses produits accessibles, mais dans le même temps refuse l’ouverture, centralise toute les décisions, censure à tour de bras ce qui ne lui plait pas…
      -et il faut rappeler les méthodes de ses sbires qui fouillaient les PCs des employés, se faisaient passer pour la police auprès de gens extérieur pour aller fouiller leur maison, menaçaient les journaliste de « représailles » etc.

      Après, chacun donne le poids qu’il veut à ces points : les menaces sur la liberté, la moralité de l’homme m’importent plus qu’avoir un outil grand public, donc je me bats contre apple. Je suppose que benjamin lancar, au contraire, est content d’être à la mode, et se moque des petits chinois qui meurent à l’autre bout de la planète, donc c’est un grand fan…

      • ShoTo dit :

        Dans le lien que j’ai fais tourner, le débat n’était pas d’être pour ou contre Jobs (même si la question mérite d’être posée) mais l’occasion d’analyser l’évolution des hommages à Jobs qui selon l’auteur est révélateur du snobisme ambiant.

        Au début, l’unanimité se met à saluer le grand homme.

        En second lieu, prise de conscience de l’unanimisme, s’en suit la honte de passer pour un mouton.

        Enfin, on se met à tourner en dérision Jobs, le désacraliser pour se la jouer rebelle, …

        • Krilin dit :

          Moi je ne comprends pas l’article comme ça. Les piques distillées, la conclusion, etc., pour moi l’auteur veut juste dire que ceux qui ne sont pas dans le camp laudatif a) n’ont que des arguments ridicules b) le font pour essayer de se démarquer, et pas par conviction.

  8. WilnocK dit :

    Suits c’est comme CSI:NY… acceptable

  9. BrunoTwittos dit :

    Bon je n’ai pas fini. Mais :

    Un commentaire sur la publicité « Why 1984 won’t be like 1984 ». Je en sais plus qui « pour attaquer Microsoft » . Dans cette publicité BigBrother est l’autre Big : BigBlue (IBM). Et tenter pas le coup du « oui mais ils étaient avec Microsoft ». La cible c’était IBM.

    J’en suis vers les 3/4 de la rubrique de Playne. J’apprécie sa manière de parler, on sent qu’il y a un oeil vif qui se cachait derrière le micro.
    Par contre j’ai retrouvé un discours très victimaire que je trouve assez simpliste et pour moi presque triste. Ce sentiment de forcément appartenir à une minorité, mal représentée face à une majorité toute puissante. Je ne pense pas que ce comportement soit profitable à la communauté dans sa globalité, mais qu’elle a tendance à créer des ilôts de contradictions (limite des communautarismes).
    Si vous voyez un peu ma vision, que vous la partagiez ou non, très bien. Sinon c’est trop casse-gueule à expliquer dans un forum et je met ça de côté.

    Concernant Steve Jobs, je reçois sa Biographie demain si tout va bien. Je devrais aussi découvrir que Steve bossait sur un écran de télé (je crois en avoir parlé avec Piouf dans les commentaires d’un assez vieux Bazingcast). J’espère aussi découvrir la façade moins médiatique.

    Question pour toi Piouf. Les commentaires des podcasts FreePod vous les préférez sur les sites de chaque podcast ou sur freepod ? Je pense que comme beaucoup de poditeurs ca sera l’un ou l’autre.

    • Krilin dit :

      -En fait, je suis né en 1984, alors mon souvenir des évènements est assez flou 🙂 Après cet argument de mauvaise foi, ok, au temps pour moi pour cette erreur, je ne savais pas. On a tendance à oublier que IBM a été un géant, aujourd’hui il reste surtout dans les coulisses.

      -Et elle a le poil soyeux 🙂
      Je ne crois pas qu’il y ait eu une question de victimisation de la part de Playne. Je ne l’ai pas du tout ressenti comme ça. Juste un constat : en tant que geek fille, je n’ai pas trouvé de modèle fille pour m’identifier. Elle ne dit pas « et ça a été un frein à mon développement » ni « tous les hommes sont des salauds ». On a donc réfléchi au pourquoi et aux contre-exemples, mais sans plaindre une partie ni accuser l’autre.
      Sinon je comprends ton point de vue sur la victimisation, je suis assez d’accord sur le fait qu’il conduise au communautarisme ; d’où l’effet inverse, où la plupart des communautarismes s’invente des prédateurs pour légitimer leur renfermement et leur rejet des autres.

      -A titre personnel je n’interviendrai pas sur les commentaires freeprod, parce que je veux que ce site domine – c’est celui où on est libre de faire nos annonces, de changer le look etc.
      A titre personnel il est peu probable que j’intervienne sur le forum freeprod par simple manque de temps.

    • Playne dit :

      Howdy ho cher poditeur !
      Déjà, merci pour les retours positifs (et en plus d’avoir le poil soyeux, j’ai aussi la truffe fraiche mon cher Krilin).
      Pour ce qui est de ma chronique, j’avoue qu’à la réécouter on peut tout à fait prendre tout le machin au premier degré et n’y voir qu’un discours un peu caliméro sur le thème « bouh, en tant que geek fille j’me sens tellement opprimée quand je vais acheter mes fig’ WH ». Mais là n’était pas vraiment mon propos, comme l’a souligné Krilin. En préparant le machin, j’avais dans l’idée de faire, d’une part un panorama (généraliste, au vu du temps imparti) des différents modèles féminins que j’ai pu croiser (donc particulier, puisqu’il ne s’agit que de mes lunettes) et d’autre part de voir si on pouvait un peu phosphorer au sujet tous ensemble. Faire un constat, que je trouve dommage : je n’ai pas trouvé de modèle fille pour m’identifier en tant que geek fille. Nuff said.
      Au tout début, je voulais faire un truc sur « geekisme et machisme », parce que les meme du type « TITS OR GTFO » ou « GO MAKE ME A SAMMICH » m’intriguaient, mais j’ai rapidement laissé tomber parce que ça m’avait l’air foncièrement infaisable (ou alors il me faudrait 3 ans de thèse pour éplucher le bouzin et proposer une réponse viable).
      Pour ce qui est des discours de victimisation, c’est peut – être lié au fait qu’on ait dû passer par un certain nombres de clichés ? Mais il faut forcément en passer par là pour réfléchir et ce n’était pas du tout le but de mon propos puisque je ne me sens pas spécialement en croisade contre le mâle tout puissant 😉
      My two cents.

      Question subsidiaire : c’est l’effet « voix-FIP » ? 😀

    • Piouf dit :

      Pour commenter l’épisode sortie comme on le fait la c’est plutot sur ce blog, pour des discussions générales et la préparation des épisodes c’est plutot sur le forum Freepod. Les commentaires Freepod sont donc un peu laissé de coté.

      IBM est toujours un géant… il a juste eu l’intelligence de délaisser le grand public pour le marché ou il y a des vrais marges cad le service et les pros.

  10. Mentine dit :

    Je vais aller plus loin que BrunoTwittos, miss Playne a l’air sympathique mais hélas très fermée d’esprit (pour son âge que je ne connais pas, mais je pense être plus vieille) voire matchiste ! Je dis ça parce que vous avez passé tout le sujet à avoir une exigence de perfection chez les personnages féminins, « qui ne veut pas écraser les autres » comme l’a dit Trollin, « dont on a rien à leur reprocher » comme l’écrit Krillin!! WTF?? Les personnages masculins ou féminins intéressants ne sont pas justement pas lisses et sans défauts!
    Un peu catho-macho votre vision de la femme, selon laquelle seule la vierge pure et irreprochable a droit de cité …

    Que ce soir « la fille geek qui répare des boulons » (euh, soit on resserre des boulons, soit on répare un moteur…), ou « la fille geek qui se prend pour une elfe », je crois surtout qu’il faut éviter de ne voir qu’une seule facette de ces personnages.
    Comme modèle geek féminin je voyais Yoko Tsuno parce qu’elle est électronicienne, curieuse, qu’elle se coltine des tâches réservée aux hommes, qu’elle rencontre des ET, qu’elle voyage dans le temps, etc… ses défauts sont ceux qu’on reprocherait seulement à une fille : trop curieuse voire founieuse parfois pour résoudre ses enquêtes (une fille doit rester bien sage), elle profite de temps en temps de ses atouts physiques (malgré elle ou exprès, en tout cas elle est bien sans ses mini-jupes et cuissardes), passionnée et jusqu’au boutiste (ce qui veut dire en langue matchiste chieuse :p).

    Krillin a cité Daria; oui mais c’est un personnage qui a aidé certaines filles geeks à s’assumer en tant que telles, ce n’est pas forcément un modèle puisque ado on était déjà comme Daria. Oui enfin, j’étais presque comme Daria. :p
    Est-ce que de votre côté vous vous êtes identifiés à Beavis and Butthead (les 2 sociopathes qui font hu-huhu-hu sans arrêt) ?

    Vous auriez pu aussi aborder le sujet qui divisent les politiques en ce moment : l’enseignement ou non du genre à l’école, ou faut-il toujours enseigner des comportements différents en fonction du sexe. Xil a peut-être manqué sur ce coup-là.

    Je suis d’accord avec Piouf qui a préféré le côté non-genré de certains personnages de séries ou films, qui permet plus facilement de se choisir un modèle.
    En rapport avec ce sujet, je vous recommande un documentaire de 1h en replay actuellement sur arte.tv : « Fille ou garçon, mon sexe n’est pas mon genre ». Il donne la parole à des femmes trans devenues des hommes en France, USA, Espagne, et certains expliquent le renvoi de la société par rapport à leur changement de genre, ça en dit finalement beaucoup sur la condition des filles tout court (filles-genrées-filles ou filles-genrées-garçons-manqués).

    Pour terminer, Terra Nova n’est pas terrible, mais est-ce que vous pourriez juste glisser en fin de review une petite touche de recul en admettant tout simplement que ce n’est pas une série faite pour vous ? C’est surtout une série familiale, qui reprend des personnages ou histoires qui ont marché dans d’autres séries. C’est clairement pas une série pour moi non plus, mais à quoi bon s’acharner dessus si longuement.

    Be seeing you,
    Mentine

    • Krilin dit :

      On n’a pas exactement des exigences de perfection, mais on a des exigences oui. Et playne encore plus. A titre personnel je ne comprends pas pourquoi elle rejette Kaylee ou Lizbeth Salander. Mais c’est juste son avis. Quant à sa Xena-chef-de-vaisseau, manifestement c’est une tête de mule d’après ce qu’elle nous en a dit. La question n’est pas donc un personnage parfait mais un personnage qui plaise (or Playne manifestement n’aime pas les personnages qui se peignent, qui sourient, ou qui ont un jour perdu une bataille).
      En tant que mec j’ai toujours aimé les personnages roublards, soit à la limite de la légalité, soit chaotique bon ou neutre, je pense que la question était là : trouver des exemples de filles qui ne sont pas là que en tant que faire-valoir ou en tant que bonnet ambulant.
      (Et on peut réparer un boulon, si il est cassé en deux, qu’on le ressoude, et qu’on révise le taraudage, mais _oui_ je t’autorise à considérer que cet argument est également de la mauvaise foi).

      Quant à Daria, je comprends ce que tu veux dire, mais en tant qu’ado moi je m’y suis pas mal identifié (je m’en foutais qu’elle soit une fille) et ça me faisait plaisir que pour une fois la personne rejettée soit la gentille et ait des (ses?) victoires. Je ne vois pas pourquoi un modèle devrait être une « amélioration » (sic), ça peut juste être soi-même, mais éclairé sous un jour positif, ça fait du bien pendant la jungle du collège/lycée.

      J’ai trouvé un peu gonflé de la part de Playne (et pour ceux qui ont suivi son point dans les commentaires) de nous reprocher à la fin de « finallement réfléchir en genré ». C’était le pitch de départ.
      Je ne me pose jamais la question du sexe du personnage, mon empathie n’est pas genrée (cf.Daria). Mais si on part sur « la place des filles dans… » je ne veux pas qu’on vienne me dire à la fin « oh mais vous pourriez pas oublier que c’est des filles un peu ? « . Donc je rejette cette critique.

      On aurait pu, certainement, parler du genre. Playne l’a dit rapidement ; personne n’a réagit, parce que je pense que tout le monde est d’accord : en tous cas je crois comme Playne que le genre est au moins à 95% une conséquence de la société, de l’éducation, etc.
      Donc je suis d’accord avec toi, ça aurait été une digression très intéressante, mais je pense qu’elle n’a pas pris parce qu’on était d’accord, et que ce n’est pas facile de contrôler la tournure d’une discussion.
      (Note également : je suis déjà assez furieux de la décision de Xil, alors bon, remuer le couteau dans la plaie, c’est cool, mais ce n’est pas le seul à avoir culture et opinion).

      Enfin, pour Terra Nova, certes, mais bon, pour une fois qu’on fait du bitching… En plus, j’avais beaucoup d’espoir pour cette série, même si je n’y croyais pas trop, j’ai été déçu. Donc par dépit, j’assume mon bitching.
      En plus tu exagères, j’ai dit que c’était un genre de Dinotopia, c’est explicite non ?

      • Mentine dit :

        Non, Xil n’a pas de culture, juste des opinions. 🙂 Et c’est pour le côté politique du débat qu’il aurait (peut-être) pensé à le mentionner.
        Et ton boulon ressoudé là, j’aurais pas du tout confiance. Un boulon fiable c’est entier, sinon on remplace. 🙂

        Plus sérieusement, je maintiens que vos exigences sont plus strictes pour les héroïnes femmes que pour les hommes. Déjà parce qu’elles ne sont pas légion, et puis c’est très difficile de trouver le juste milieu entre bombe atomique/gentille/garce/mère/forte/douce/tatouée/etc… Le personnage de Glenn Close est dure et pas propre sur elle, mais comme Michael Chiklis dans The Shield… Deux héros attachants bourrés de défauts.

        Misha est certainement plus dans le vrai en ayant un modèle dans la vraie vie.

        Be seeing you,
        Mentine

  11. BrunoTwittos dit :

    Alala Triste Monde Cruel, on n’aura pas de consensus là.

    Les réponses sont très intéressantes.

    Ca ne transpirait pas dans mon premier commentaire, mais j’ai trouvé la chronique plutôt intéressante dans son ensemble. J’étais simplement un peu gêner par l’approche et par l’aspect un peu « de toute façon je suis trop unique pour être représenté » (je provoque un peu mais par moment j’ai ressenti un peu de ça). Je réécouterais peut être ;).

    La partie sur les séries m’a semblé longue parce que je n’en regarde pas (ou peu), mais c’était intéressant d’avoir un panorama de ce qui existe.

    @Krilin : tu es plus vieux que moi.
    « On a tendance à oublier que IBM a été un géant, aujourd’hui il reste surtout dans les coulisses. » Dans les coulisses de monsieur tout le monde et IBM est toujours un géant si ce n’est le second géant derrière Apple. (si tu veux en parler tu dois pouvoir choper mon mail).

    • Krilin dit :

      Concernant IBM, oui je te crois sans aucun souci, de mon expérience pro je le vois bien. Mais comme ils ne vendent plus directement au grand public, on les oublie souvent (c’est ce que j’ai fait), mais bien entendu, ils sont partout, par leurs brevets, par leurs matériels réseaux, par les chips, par leurs développements…
      D’ailleurs on s’en rend bien compte par leur publicité : ils ne font pas de la pub pour vendre, mais pour dire « on existe, et on est partout où vous ne vous y attendez pas ».
      C’est une des rares sociétés technologiques qui a abandonné le secteur grand public et qui s’en sort bien.
      (PS : espèce de pyjama 🙂 )

  12. Poio dit :

    Tiens, j’ai comme une légère envie de rejoindre Mentine. La perfection n’est pas le but du héros.
    Dans les comics, Superman a tous les avantages . . . et c’est le héros le plus chiant du monde.

    Le fait de bouder l' »héroïne geek à boulons », c’est un peu étrange, non ?
    Merde, c’est renier l’héritage (lointain certes) de McGyver ! Si c’était pas un héros geek du bon vieux temps lui. Fichtre. (Le tout sans mulet, tout de même. Y’a des limites.)

    Accessoirement, héro masculin auquel le jeune geek est susceptible de s’identifier … Bah c’est plus du tout des héros, mais des anti-héros, et c’est bien mieux ainsi.
    Parce que soyons francs, Indiana Jones, Batman et autres, c’est des héros, on les admire, mais on s’y reconnait rarement et c’est pas fondamentalement des modèles de vie. Pour le coup ce serait plus Scott Pilgrim sans pouvoirs …
    Du coup, pour une pseudo équivalence féminine, j’irai bien piocher chez Daria moi aussi ou dans Dead Like Me (l’héroïne est cruchasse au début, mais évolue vite dans le bon sens).

  13. Piouf dit :

    Eh be j’ai enfin pu rattraper toutes vos réactions, ca fait bien plaisir de vous voir prendre le temps de réagir autant 🙂

  14. Mentine dit :

    Braaaaaain! 😉

    Be seeing you,
    Mentine

  15. B. dit :

    Bonjour à tous,

    je viens de découvrir Bazingcast avec cet épisode et j’en suis très-très heureux 😉 Je connais peu de podcasts indépendants, et même si je suis loin d’être un geek à 100%, j’ai vraiment beaucoup apprécié. Bon esprit, bonnes vannes (ou mauvaises, hein, mais dans les vannes, les pires sont les meilleures), ambiance détendue sans faire réunion de branleur qui improvisent sans avoir préparé,… Vraiment parfait. J’ai commencé à télécharger et écouter les précédents épisodes, et tout est très bon. Merci pour votre boulot.

    Par ailleurs, si je peux vous faire un petit retour sur cet épisode précis, comparé aux quelques autres que j’ai écouté ensuite, bah j’ai trouvé ce n°20 très bon dans tous les sujets. Il m’a semblé que le débat central était intéressant, même si il aurait pu je pense être un peu approfondi. Puis perso, hein, moi, dès qu’on parle de Chlamydia, ça m’intéresse, so… 😉

    Concernant le rôle de Playne, puisque cela fait semble-t-il débat, je ne l’ai trouvé ni plaintive, ni caliméresque, ni agressive, ni machiste, ni, ni, ni… Par rapport aux 5 autres épisodes que j’ai entendu, j’ai trouvé son apport particulièrement bienvenu, même si elle a très peu participé aux conversations autre que son sujet. Cela ajoute une nouvelle voix, un nouveau ton, une nouvelle vision (et une nouvelle voix féminine !) aux débats, c’est plutôt cool je trouve. Puis la typologie des filles dans la culture geek était assez bien vue je trouve. Et je ne dis pas ça parce que Playne a semble-t-il des goûts exquis en matière de musique si l’on en croit Culture’s Pub. J’espère que l’on aura encore l’occasion d’entendre votre poil soyeux (?!) mademoiselle Playne.

    Bref, merci à toute l’équipe de Bazingcast 😉

    • Krilin dit :

      Merci pour ces commentaires, ça me fait plaisir de rencontrer un autre amateur animalier microscopique 😉
      Tu retrouveras la truffe fraiche de Playne dans notre prochain épisode (qui devrait sortir… hier), spécial halloween/spécial zombies…

    • Playne dit :

      Je vais plussoyer le retour de mon cher Krilin, et te remercier pour ce commentaire enthousiaste, ça fait plaisir ! 😀
      Comme c’était ma première, j’avoue que j’ai pas participé en dehors de ma chronique (bon, aussi, caverne oblige, j’avais pas vu toutes les séries et Cie), et ce qu’on ne vous dit pas, c’est qu’en tant qu’invité un portrait géant de Piouf et du pape est posé sous ton nez, et ça te coupe un peu le sifflet 🙂
      Je note aussi avec joie le fait que tu sois allé éplucher Culture’s Pub et les live report 😉

  16. jocelyn Chaumette dit :

    Bonjour à tous et merci pour ce podcast.

    La rubrique de Payne était vraiment intéressante et surtout le ton employé était agréable. Non, je ne parle pas que du ton utilisé pour la voix FIP… Le point central de la rubrique de Payne est également justifié: le peu de personnages pouvant parler aux femmes est regrettable.

    Je regrette tout de même que vous n’ayez pas pris le temps de définir clairement les critères que vous recherchiez chez une héroïne geek car ils restaient flous et paradoxaux. Notamment, le premier personnage qui trouve grace aux yeux de Payne… est un « homme en jupe » (expression provoc inside). Je m’explique: ce personnage est un officier militaire. Elle possède l’autorité, commande une arme de guerre, et, si j’ai bien compris, n’hésite pas à se servir de la force si l’intérêt de son équipage est menacé. Ma foi, la force et l’autorité sont des échelles de valeur très masculines. Et c’est en fait assez logique. Les univers geeks gardent la plupart des critères de valeur de notre société. De plus, les mondes imaginaires geeks sont, à la base, des univers fantasmés par des ado garçons et sont donc largement patriarcaux. Bien sûr, la culture geek est aujourd’hui bien plus large mais elle reste orientée pour plaire aux hommes. D’autres exemples que celui concernant la douceur et la maternité hérigées en critère de succès auraient mérités un peu plus de développement, je pense.

    Autre point qui aurait mérité un peu plus de débat: les modèles hommes sont-ils tellement plus fins que les personnages féminins? Pour moi non. Certes, comme le dit Krillin, les hommes se complaisent d’avantage dans les personnages stéréotypés mais ça n’empêche pas que ces personnages restent très caricaturaux.

    En tous cas, merci encore pour ce dossier très intéressant (qui ne pouvait pas non plus duré 3 heures de toutes façons). J’espère que Payne reviendra 🙂

    • Krilin dit :

      Personnages masculins comme féminin, le souci est en fait que pour « vendre » un personnage, il faut qu’il soit simple à comprendre. Un personnage se réduit donc à un concept. Pour les mecs : le guerrier, le séducteur, le filou, etc. Pour les filles, c’est à peu près les mêmes concepts, mais avec sa poitrine mise en avant pour plaire aussi aux mecs.
      Peut-être que le problème est là, qu’on veut trop simplifier les personnages et qu’ils en deviennent caricaturaux.

      • jocelyn dit :

        C’est probable. Mais en même temps, comment nuancer un personnage dans un film d’1h30 ou même dans un livre plus court qu’une encyclopédie, par exemple, sans noyer ton intrigue? Même dans une série, ce n’est pas évident car un épisode reste court et doit accrocher rapidement le téléspectateur sous peine de le voir zapper. Dans les jeux vidéos, c’est pire: si tu pars trop dans du descriptif, le jeu manquera d’intéractivité.

        Le problème est donc plus que Payne cherchait un exemple de personne idéalle ET réaliste dans des personnages fictifs. Dans ce cas, le soucis n’est pas propre aux personnages féminins ni aux mondes geeks.

        Mais le dossier n’en était pas moins intéressant. La partie présentant les catégories de personnages est effectivement assez révélatrice des échelles de valeurs des univers geeks. Et puis, c’est assez marrant à écouter 🙂

  17. Xil dit :

    Bon après écoute de l’épisode j’avais un certains nombre de commentaires que j’ai oublié depuis :p
    La plupart ont de toute façon étés mentionnés par d’autre en commentaire.
    Je soulignerait juste un élément déjà mentionné : d’un point de vue identification un bon personnage est un personnage auquel on peut s’identifier quelque soit notre sex.

    Un groupe de personnage féminin tout de même que, j’ai l’impressio, personne n’a mentionnés : contrairement à Sookie Stackhouse, les héroïnes de Buffy (Buffy, Willow, Anya…) si on les prend sur toute la longueur de la série s’émancipent de leur caricatures et sont largement plus travaillées psychologiquement que leurs homologues masculin (à l’exception peut être de Spyke).

    Voili voilou

  18. B. dit :

    Un peu dans le même sens que le lien de Krilin, ceci intéressera sans doute Playne (et d’autres) : http://www.ecrans.fr/Des-cliches-qui-touchent-le-fonds,14909.html

    Perso, je m’en fous, j’aime pas les féministes, et j’aime bien être le chevalier qui sauve la princesse. Je suis pas contre être sauvé non plus, hein…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *